Sylvie Mazzella, Sociologie des migrations

arton

PUF, coll. « Que sais-je ? », mai 2014 – réédition 2021.

La mobilité volontaire ou forcée de populations d’un pays à un autre ne date certes pas du XXIe siècle. Cependant, le nombre de migrants dans le monde a triplé en 40 ans, atteignant 3 % de la population mondiale. L’ampleur comme la nature des flux migratoires a changé. En réaction à ces flux et en fonction des changements d’attitude des pays d’accueil, les notions de « seuil de tolérance » et de « risque migratoire » ont fait leur apparition. 
Simplificatrices, les politiques migratoires, sécuritaires et d’asile, tendent à se confondre tandis que demeure le déficit d’institutions juridiques internationales ou transnationales à même d’imposer de réelles régulations collectives et de réelles protections sociales à l’échelle mondiale. De nouvelles questions se posent, qui rendent indispensable de mieux comprendre et mieux penser les migrations : les déboutés du droit d’asile, de plus en plus nombreux, forment-ils désormais une nouvelle catégorie d’apatrides ? Quel type de reproduction sociale engendre un mode de vie à cheval sur deux ou plusieurs pays de plus en plus courant ? Ou encore, les migrations du sud vers le sud vont-elles supplanter celles du sud vers le nord ? 
En sociologue, Sylvie Mazzella fait le point des recherches menées pour analyser les phénomènes migratoires. 
Elle met ainsi en relief l’important renouvellement des connaissances permis par les approches transnationales.

En savoir plus

Lire aussi

CRII_103

Contester par les chiffres : analyse des collectifs d’audit citoyen de la dette en France, en Espagne et en Belgique

Capture d’écran 2024-06-03 à 10.42.08

Dénoncer les discriminations vécues à l’université : entre silence, révélation et signalement

Capture d’écran 2024-04-30 à 10.35.05

Les citoyens contrôleurs de l’action publique. Belgique, France, Espagne (années 2010)