Contrats / programmes

noun-search-file-4440907

ANR PROCLIMEX - Les expertises dans les procès climatiques : fabrique, usages et réception

Parmi toutes les questions que pose cette nouvelle forme de mobilisation que sont les procès climatiques, l’équipe de PROCLIMEX se propose de s’intéresser à l’enjeu de l’expertise.

Enjeu fondamental pour les requérants, qui, pour faire valoir efficacement un point de vue déterminé au service de la cause climatique, n’ont d’autre choix que de s’approprier des connaissances et données d’origines variées, à la fois techniques, complexes et pluridisciplinaires (scientifiques, socio-économiques et juridiques) et de construire sur ces bases un dispositif expert bien souvent enrichi par des connaissances profanes (témoignages de victimes par exemple).

Enjeu fondamental aussi pour l’issue du procès, qui s’avère largement déterminée par ces dispositifs experts au cœur des stratégies judiciaires des requérants. Ainsi, les procès climatiques sont un lieu privilégié pour étudier la construction d’une expertise climatique, ses usages et réception par la société, à travers l’institution du procès.

Responsable

  • Christophe Traïni

Mots-clés : Changements climatiques ; contentieux ; science ; modélisation ; données ; expertise ; procès ; tribunaux ; juges ; mobilisations ; cause ; associations ; recours ; droit ; droit de l'environnement ; éthique ; justice ; politique climatique ; ambition ; citoyen ; démocratie

AAP « Fabrique des connaissances »

AAP Altermobilité et démobilite dans la région sud : quelles alternatives pour une mobilité décarbonée ?

Par le laboratoire MESOPOLHIS (UMR 7064 - Aix-Marseille université/CNRS/Sciences Po Aix) - Partenaire scientifique : laboratoire CITERES (UMR 7324 - Université de Tours/CNRS)

En réponse à un appel proposé par la direction « Prospective » de la Région Sud dans le cadre de l’AAP « Fabrique de la Connaissance », une équipe pluridisciplinaire adossée à l’UMR Mésopolhis (Université d’Aix-Marseille) et à l’UMR Citeres (Université de Tours) s’est constituée et se donne pour projet d’accompagner la Région dans sa démarche, en proposant :

  • Un état des connaissances théoriques et empiriques sur les changements de comportement de mobilité des habitants, appréhendés à l’échelle individuelle, dans le contexte français et plus spécifiquement de la Région Sud, en se focalisant à la fois sur la démobilité et sur l’altermobilité.
  • Une confrontation de cet état de la recherche avec une approche de terrain visant à identifier les enjeux des changements comportementaux sur différents types d’espaces représentatifs des territoires de la Région Sud. Il s’agit d’identifier les freins ou les leviers spécifiques selon les différentes caractéristiques territoriales.
  • Un accompagnement des acteurs régionaux et locaux dans une démarche d’appropriation d’outils conceptuels, méthodologiques et empiriques, leur permettant d’identifier et/ou de reformuler les enjeux de mobilité sur leur territoire.  

Équipe

  • Rodolphe Dodier, géographe, référent scientifique et administratif, PR AMU, UMR MESOPOLHIS
  • TELEMME Laurent Cailly, géographe, référent scientifique, MCF-HDR, UMR CITERES
  • Matthias Bourrissoux, sociologue, chercheur associé, UMR MESOPOLHIS
  • Joseph Cacciari, sociologue, chercheur associé, UMR IDHES
  • Marie Huyghe, géographe, chercheure associée, UMR CITERES
  • Matthieu Leborgne, sociologue, chercheur associé, UMR MESOPOLHIS
  • Nicolas Oppenchaim, sociologue, MCF, UMR CITERES

Umifre 2020 A*Midex

Mission de quatre mois pour réaliser une enquête de terrain en Israël

Responsables

  • Walter Bruyère-Ostells
  • Théo Borel

AMIDEX Pépinière : ASELN - Approche sociologique de l’éducation à la littératie numérique

L’axe 3 du Laboratoire MESOPOLHIS, « Education et cultures, à l’ère numérique », regroupant des chercheurs en sociologie de l’éducation et de la culture (art, littérature) a obtenu un financement pour organiser un séminaire de recherche sur l’Approche sociologique de l’éducation à la littératie numérique (ASELN).
En effet, la place croissante prise par le développement des nouvelles TIC dans l’ensemble des sphères sociales nous amène non seulement à intégrer les apports du numérique dans les pratiques sociales et culturelles que nous analysons, mais également à interroger la manière dont les institutions éducatives se saisissent de ces nouveaux objets.
En intégrant la problématique du numérique dans des travaux que nous menons de longue date sur la littératie ou les inégalités scolaires, cela nous amène à renouveler les approches sociologiques que nous mobilisons. C’est pourquoi nous avons souhaité organiser un séminaire de recherche sur le numérique en y faisant intervenir, en plus des chercheurs locaux, des chercheurs nationaux en sociologie de l’éducation et en sociologie de la culture ainsi que dans une perspective interdisciplinaire des chercheurs en sciences de l’éducation et en sciences de l’information et de la communication. Ceci nous permet d’une part de nourrir et d’étoffer notre réflexion scientifique et d’enrichir nos connaissances et nos compétences sur la littératie numérique, et d’autre part, de créer un réseau de chercheurs en sociologie de la littératie numérique tout en consolidant les liens existants déjà avec des réseaux de recherche en sociologie et en sciences de l’information et de la communication sur le numérique, l’éducation et les pratiques culturelles.

Programme :

- De janvier 2018 à décembre 2018, voire courant 2019 : un séminaire mensuel organisé à la MMSH
- Juin 2019 : un colloque international - LINSEC - permettant d’inviter des chercheurs d’excellence nationaux et internationaux sur la littératie numérique. Ce colloque se présente à la fois comme l’aboutissement d’une année de réflexion sociologique sur les pratiques et usages de la littératie numérique, ainsi que la concrétisation d’un large réseau vers des chercheurs internationaux.
- Les actes du colloque font l’objet d’une publication à paraître aux PUR en 2020.


Partenaires :
- Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE) d’Aix-Marseille
- Rectorat d’Aix-Marseille
- Maison du numérique d’Aix-en-Provence
- Musée MUCEM
- Les bibliothèques municipales de la région d’Aix en Provence


Séminaires
- Ilya Levin, The culture of digital society (université de Tel Aviv)
- Frédérique Bros, Ce que le numérique fait à la littératie (université de Lille)
- Lire à l’ère numérique : nouvelles pratiques, nouveaux lecteurs ?, avec Françoise Paquienséguy (Sciences Po Lyon) Mabel Verdi (EHESS), Aude Inaudi (Université Grenoble Alpes – GRESEC), Fabienne Soldini (Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES)
- Milad Doueihi - « Entre calcul et computation. Une philologie numérique ? » ((université de Paris IV)

- Marco Pitzalis, La logique des choses. La dimension micropolitique de l’innovation à l’école (université de Cagliari)
- Sihem Najar, Mouvements sociaux en ligne et nouvelles formes d’expression citoyenne en Tunisie postrévolutionnaire (université de Tunis)

Responsable

  • Mohamed Dendani

« I-BIOLEX » - Fragmentation and defragmentation of the Law on Biomedical innovations

Durée : ANR 2021 - 2024

Aurélie Mahalatchimy et une équipe de chercheurs en sciences humaines et sociales et en sciences biomédicales ont obtenu un financement de l’Agence nationale de la Recherche pour un projet de 4 ans visant à étudier les processus de fragmentation et de défragmentation du droit européen applicable aux innovations
biomédicales (principalement thérapie génique, médecine régénératrice et nanomédecine).
Les objectifs du projet sont d’explorer et d’expliquer ces processus juridiques et d’en décrypter les développements dans le temps dans le domaine du droit européen des innovations biomédicales. Tout en s’appuyant sur les travaux existants consacrés au cadre juridique des innovations biomédicales, à la temporalité du droit et au phénomène de fragmentation en droit, le projet I-Biolex utilisera des approches
comparatives/comparatistes et interdisciplinaires, et combinera une portée théorique et conceptuelle à une dimension pratique de modélisation des processus décisionnels afin de déterminer comment le droit des innovations biomédicales peut remplir
différents objectifs sociétaux.

L’équipe du projet I-Biolex mobilise 5 équipes françaises rattachées à des laboratoires de l’Université d’Aix-Marseille :
- Au sein du Centre d’Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC, UMR 7318 Droits international, comparé et européen, Faculté de droit et de science politique) : Estelle Brosset (Professeure de droit public) ; Aurélie Mahalatchimy (Chargée de recherche au CNRS, Droit) ; Sandrine Maljean-Dubois (Directrice de recherche au CNRS, Droit) ; Martine Perron (Ingénieure d’études au CNRS, Communication et valorisation), Nathalie Rubio (Professeure de droit public), Pascal Gauttier (Gestionnaire de projets de recherche).
- Au sein de l’Institut Louis Favoreu- Groupe d’Etudes et de Recherches sur la Justice Constitutionnelle (ILF-GERJC, UMR 7318 Droits international, comparé et européen, Faculté de droit et de science politique) : Laurence Gay (Chargée de recherche au CNRS, Droit) ; Xavier Magnon (Professeur de droit public).
- Au sein de Mesopolhis (ex Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES UMR 7305, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) : Marc Bernardot (Professeur de sociologie).
- Au sein du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM) : Christian Chabannon, (Professeur de biologie cellulaire).

- Au sein du Centre de recherche en CardioVasculaire et Nutrition (C2VN, Faculté de Pharmacie) : Florence Sabatier (Professeure d’hématologie et de biothérapies).
À ceux-là s’ajoutent :
- 2 laboratoires britanniques de l’Université d’Oxford (Michael Morrisson, Research Fellow in Science and technology Studies, HeLEX) et de la Queen’s University de Belfast (Mark Flear, Reader in law)
- 1 laboratoire de l’Université de Monash en Australie (John Gardner, Senior Lecturer in Sociology).

Le Comité scientifique consultatif regroupe quatre personnalités connues pour leur expertise dans les domaines du projet : Alex Faulkner (Sociology/STS, University of Sussex), Emmanuelle Rial-Sebbag (Law, Université Toulouse III- Inserm), Virginie
Tournay (Sciences Po CEVIPOF) et Andrew Webster (Sociology/STS, University of York).

Responsable

  • Marc Bernardot

METROPOLITIN

METROlogie POLITique des déchets industriels en Europe : produire et utiliser de l’INformation sur les déchets

Financement : Troisième programme des Investissements d’avenir

Calendrier : 2018-2021

Contexte
En parallèle de la production des biens intermédiaires ou finaux, les procédés industriels engendrent nécessairement des sous-produits. Leur valorisation et leur recyclage font partie des préoccupations économiques des industriels, tout comme font partie de leur responsabilité environnementale la neutralisation de leur caractère de nuisance et l’élimination en décharges de ceux qui ne trouvent aucune valorisation. La question de la neutralisation de la toxicité de ces déchets n’est pas toujours une sinécure et cette préoccupation vaut pour les résidus non valorisables de la production comme pour les installations mêmes qui les ont produits quand elles sont obsolètes et qu’elles en sont imprégnées au point de ne pouvoir en être totalement nettoyées.
Sur tous ces points, l’industrie électronucléaire ne fait pas exception. En Europe, une centaine de réacteurs nucléaires sont aujourd’hui à l’arrêt. Leur démantèlement engendrera des volumes conséquents de matières, dont certaines sont radioactives. Les plus gros volumes seront de très faible activité (TFA). La gestion de ces produits de démantèlement constitue ainsi un enjeu fort et crée une pression sur les filières de valorisation de ces matières et sur la capacité des installations de stockage pour ceux qui sont rangés dans la catégorie institutionnelle de déchets ultimes TFA.
Le projet propose d’interroger le rôle de l’information dans la catégorisation et dans la gestion de ces déchets : comment l’information sur les déchets de démantèlement, par essence extrêmement divers, est-elle actuellement produite, mise en circulation, utilisée, comprise ou contestée ? Comment les déchets sont-ils mesurés, qualifiés, normalisés, investis de valeur et pratiqués par les différents acteurs de la filière du démantèlement ?

Objectifs
- Analyser les circonstances historiques et actuelles de la production et de la circulation d’informations sur les déchets, en adoptant une perspective « bottom-up » (création des référentiels, savoirs pratiques et théoriques).
- Identifier la manière dont l’information structure les collectifs et intervient dans les controverses sur les déchets, en suivant parallèlement les déchets et l’information qui les accompagne du site démantelé au grand public.
- Examiner les implications des formes de l’information pour l’évolution des filières de gestion.

Pour répondre à ces objectifs, le projet METROPOLITIN est interdisciplinaire et combine trois démarches méthodologiques :
- L’analyse sociotechnique de la mesure, de ses usages et des controverses qu’elle suscite (« métrologie politique ») ;
- La comparaison de la gestion des déchets TFA avec d’autres filières de déchets industriels (notamment les mâchefers d’incinération) et dans des contextes nationaux différents (France, Suède, Royaume-Uni, Allemagne, Italie) ;
- Une démarche ethnographique pour suivre au long de la filière du démantèlement d’installations nucléaires à la fois les déchets et l’information produite et discutée à leur propos.

Déroulement
Le projet se déroule sur 36 mois à partir de janvier 2018 et associe la métrologie de la radioactivité, la sociologie, l’histoire, la géographie et les Science and Technology Studies. Il comprend des enquêtes de terrain en France (notamment au CEA) et dans quatre pays étrangers (Allemagne, Italie, Royaume-Uni et Suède). Le LAMES contribue en particulier à l’étude de la situation italienne et à l’ethnographie en France d’opérations de démantèlement et d’acheminement des déchets qui en sont issus vers les sites de stockage ultime.

Coordinateur : Ecole normale supérieure de Lyon – laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR5600, CNRS, ENS-Lyon, Université Lyon 2)
Contact : Romain Garcier, romain.garcier@ens-lyon.fr
Autres partenaires académiques : Laboratoire Méditerranéen de sociologie (UMR 7305, CNRS, Aix-Marseille univ.) ; Laboratoire Histoire des Technosciences en Société (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris) ; Laboratoire de Physique de Clermont (UMR 6533, CNRS, Université de Clermont-Auvergne), Université d’Exeter (Grande-Bretagne), Université de Turin (Italie)
Contact au Lames : Pierre Fournier (Mesopolhis)

Responsables

  • Pierre Fournier
  • Cesare Mattina

AMIDEX Pépinière : FIFAS - De la fiction faire science

Financement
Amidex : appel Pépinière d’excellence 2017 de la fondation A*Midex

Partenaires
laboratoires PRISM et LAMES devenu MESOPOLHIS.
Institut national de l’audiovisuel Méditerranée

Publications
Les principales publications associées à cette recherche sont accessibles ici

Présentation
Le programme « De la fiction faire science » a été conçu comme un espace de recherche interdisciplinaire entre les sciences sociales, les arts et le monde professionnel des archives audiovisuelles et cinématographiques.
Il repose sur la volonté partagée de chercheurs, d’artistes et de professionnels d’explorer et de questionner les possibilités, induites par les technologies numériques, de renouvellement des méthodologies de la recherche impliquant l’usage d’archives. Il s’inscrit dans une volonté d’explicitation de nouvelles possibilités de recherche qui mobilisent des images de fiction au sein d’enquêtes ethnographiques. Il s’agit de passer de l’analyse d’une opportunité de recherche à la formalisation d’une démarche à la fois méthodologique (enrichissant les pratiques scientifiques) et didactique (créant des ressources réutilisables par les chercheurs et les doctorants dans d’autres domaines). Avec le souci de favoriser une synergie avec les acteurs socio-économiques et de proposer un modèle viable économiquement et juridiquement, qui pourra être décliné dans divers domaines scientifiques.

Le programme FIFAS est porté par les laboratoires PRISM et LAMES dans le cadre des projets « Pépinière » d’A*Midex et vient en prolongement d’une coopération entre deux chercheurs, l’un en sociologie et l’autre en cinéma. Ils ont d'abord mené une expérimentation qui visait à concevoir une démarche d’enquête ethnographique prenant appui sur des images d’archives de la télévision française, un feuilleton des années 1960 sur le monde nucléaire. Ce premier temps de recherche a été mené entre 2013 et 2016 dans le cadre du programme Nucléaire et société locale (NUXOLO), porté par le LAMES et le LESA dans un partenariat entre AMU, le CNRS et l’INA sur financement du Défi Needs de la Mission à l’interdisciplinarité du CNRS. En projetant des extraits d’un feuilleton romanesque mettant en scène la vie de salariés du nucléaire à des personnes vivant aujourd’hui près du centre de recherche et développement où se joue la fiction, on a suscité chez elles des récits qui aident à comprendre ce que signifie venir travailler dans cette industrie civile et militaire et vivre tout près. On a profité de réminiscences provoquées par la proximité émotionnelle de l’expérience de ces personnes avec tel ou tel aspect de la réalité présentée dans le feuilleton, notamment avec des images particulièrement précises du travail. Et compte tenu qu’il s’agit d’une fiction, les enquêtés peuvent à loisir les qualifier de bien senties ou de fantaisistes. Par là, le dispositif d’enquête permet de dépasser les représentations abstraites du débat public sur ce sujet polémique ou le silence derrière lequel préfèrent parfois se retrancher les personnes vivant près des centres nucléaires quand ils sont persuadés de ne pouvoir être compris de leurs interlocuteurs.

Avec le programme FIFAS, il s’agit de réfléchir aux conditions auxquelles peut être répliquée de cette démarche innovante de recherche mobilisant des images de fiction dans une enquête ethnographique par entretiens pour investiguer des configurations de parole empêchée par un débat public très polarisé, comme dans l’exemple du nucléaire.

Le programme comprend :
- Un séminaire recensant les potentialités heuristiques de cette démarche et les problèmes susceptibles de se poser dans sa mise en œuvre, ainsi que les pistes pour les dépasser, conduisant à la rédaction d'un numéro de la revue Images du travail / Travail des images
- La construction d’un documentaire interactif servant à susciter et à soutenir, à partir de l’exemple de la recherche utilisant le feuilleton Les Atomistes, l’engagement de chercheurs dans cette voie. Le cahier des charges s'est précisé au fil du séminaire initial.
- Des ateliers de pratique devant permettre aux intéressés de bien sentir les étapes du travail à envisager avant de tester la démarche sur leur objet. Ils ont servi aussi à affiner la confection du documentaire interactif.

Responsables

  • Pierre Fournier (Mesopolhis)
  • Pascal Cesaro (Prism)

Principales publications associées à cette recherche :

    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "La fiction au travail. Recherche et formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou web)", Images du travail, travail des images, n° 10 [mis en ligne le 20 février 2021], introduction d’un dossier consacré aux possibilités d’utiliser la fiction dans la recherche et dans la formation à la recherche
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "L’écriture fictionnalisée du documentaire Reprise : un modèle d’investigation pour les sciences sociales ?", Images du travail, travail des images, n° 10 [mis en ligne le 20 février 2021], autour d’un film documentaire sur mai 68 ayant servi d’arrière-plan au dispositif mis en œuvre dans l’enquête sur les populations du nucléaire
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Nord Paradis, un film improbable dans la carrière de Christophe Lamotte. Et un support improbable dans la formation à l’enquête de terrain en sciences sociales ?" (entretien avec Christophe Lamotte), Images du travail, travail des images, n° 10 [mis en ligne le 20 février 2021], autour d’un dispositif mêlant des traits caractéristiques du cinéma de fiction à une écriture documentaire
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Les ressources de la fiction pour l’entretien. Ou comment limiter le risque d’imposer aux enquêtés un questionnement qui leur soit étranger", Sociologie, 2020, vol 11 (4), p. 415-432, autour de la démarche d’investigation par vidéo-élicitation à partir d’images de fiction.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Eliciting speech by using fictional images : a matter of public science or public art ?", Revista Lusófona de Estudos Culturais, 2020, vol 7 (1), p. 243-255, autour de la démarche participative d’enquête par vidéo-élicitation.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Suscitar a palavra a partir de imagens de fição : uma questão de ciência pública ou de arte pública ?", Revista Lusófona de Estudos Culturais, 2020, vol 7 (1), p. 243-255, version portugaise du même texte.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Stimuler la réflexion à partir d’images de fiction. Une nouvelle forme de science publique ou d’art public ?", Culture et Recherche, n°140, dossier "Recherche culturelle et sciences participatives", hiver 2019-20, p. 38-39.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Des feuilletons soutenus par des ministères : une télévision de divertissement pour une politique d’édification" dans Bernard Papin, Myriam Tsikounas (dir.). Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF, L’Harmattan, p.73-93, 2018, autour du film d’élicitation, inscrit dans un contexte de production.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "Se concentrer sur le travail pour mettre en feuilleton le monde nucléaire dans les années 1960 : opération de télévision-vérité ou de propagande ?". Images du travail, travail des images n°5, Université de Poitiers, 2017, Dossier « Le travail à l’écran : mise en scène des groupes professionnels par les media », autour du réalisme du film d’élicitation.
    Pascal Cesaro, Pierre Fournier. "De la fiction faire science. Mobiliser un feuilleton télévisé des années 1960 pour parler autrement du travail dans le nucléaire". Images du travail, travail des images, Université de Poitiers, 2015, 1 (1), autour du dispositif d’investigation et de ses intentions.

Reconversion professionnelle des femmes « hautement diplômées »

Dans le n°90 (2019) de la revue Recherche & Formation coordonné par Noëlle Monin et Heri Rakoto-Raharimanana, les contributeurs mettent en évidence que les raisons du choix de la reconversion « répondent à une forte demande d’épanouissement au travail » dans le sens de « trouver le métier pour lequel je suis faite » (Négroni, 2019).
Au-delà de cette dynamique de reconversion compensatoire (Rakoto-Raharimanana et Monin, 2019), la recherche menée avec des collègues brésiliens et français cherchera à comprendre à la fois le désinvestissement total ou partiel de la sphère professionnelle et l’investissement des reconverties dans des valeurs éducatives et domestiques.
Les travaux anciens de Christian Baudelot et Roger Establet (Allez les filles !, Seuil, 1992) avaient déjà porté à notre connaissance le rôle des différents temps de socialisation des filles, en particulier celui de l’école, dans l’incorporation de la division du travail domestique. Les auteurs ont alors considéré qu’il y avait là le moteur du renoncement complet ou partiel, momentané ou définitif aux logiques professionnelles promises par leur parcours scolaire et universitaire réalisé.
Il s’agit ici de comprendre et d’analyser les dynamiques qui sous-tendent ces « changements » au Brésil et en France.

Equipe France - Brésil

  • Heri. Rakoto-Raharimanana (Mesopolhis)
  • Nadja Acioly-Régnier (ECP, Université Lyon 1)
  • Noëlle Monin (ECP, Université Lyon 1)
  • Line Numa-Bocage (BONHEURS, Cergy Paris Université)
  • Jorge Falcão (GEPET, UFRN Natal-RN/Brasil)

ANR DRIIHM/IRDHEI 

Responsables

  • Laurent Mucchielli
  • Eliabel Agard

Contrat de recherche Constant H Jacquet award contract – religious research association

Muslim philanthropy in Europe and the united states : a comparative approach

Responsable

  • Lucas Faure

LabexMed-Région : TEPRENCA - Territoires de la production d’énergies non carbonées

Les territoires de la production d’énergies non carbonées. Socio-histoire de sites nucléaires et ENR en France et en Italie

Ce projet de recherche international (franco-italien) et interdisciplinaire (sociologie, histoire et science politique) financé par le LabexMed et la Région PACA entend promouvoir des enquêtes fournissant des éléments de connaissance sur les territoires autour des sites de production d’énergies non carbonées, s’agissant du nucléaire et de certaines énergies renouvelables (solaire et éolien). Ce travail conçu dans une perspective socio-historique et comparative entre France et Italie vise à éclairer certaines dynamiques sociales autour des enjeux énergétiques en Europe méridionale. Ce faisant, il questionne plus largement les relations entre établissements industriels et territoires environnants : avec des enjeux en termes de gouvernement des territoires, de promotion d’activités économiques, notamment à impacts environnementaux, de dynamiques de stratification sociale dans l’espace local et de mobilisations associatives et citoyennes en soutien ou en opposition à ces évolutions.

MESOPOLHIS-CNRS et Dipartimento di Studi Umanistici (DISU) Università di Trieste
Chercheurs du MESOPOLHIS impliqués :
- Cesare Mattina (chef de projet)
- Vincent Baggioni
- Stéphanie Dechezelles
- Pierre Fournier

Chercheur associés au DISU de Trieste :
- Elisabetta Bini (chef de projet)
- Barbara Curli
- Mauro Elli
- Elisabetta Vezzosi

Responsable

  • Cesare Mattina (Mesopolhis)

Cellule culture scientifique d’AMU : Les doctorants - éducation à la science vs culture scientifique

Etude lancée en 2019 avec le Cellule Culture scientifique et le collège des écoles doctorales d’Aix Marseille Université. Nous avons mis en place une étude avec un questionnaire en ligne à destination des 4000 doctorants. Les objectifs sont : 1/ de mesurer leurs pratiques et connaissances en termes de culture scientifique, 2/ d’évaluer l’impact de la participation à des événements de culture scientifique dans leur choix de cursus universitaire, 3/ de pointer ce qui favorise, et à l’inverse constitue un frein, dans le rapport des étudiants avec les sciences. Cette vaste enquête, mise en place en 2018 et lancée en janvier 2019 a vocation à être renouvelé chaque année avec les nouveaux inscrits en doctorat, et afin de pouvoir comparer les résultats sur la durée.

Les doctorants d’Aix-Marseille université : éducation à la science versus culture scientifique

Responsables

  • Sylvia Girel
  • Alice Delserieys (ESPE)

CARGO - Figures et sonorités silencieuses de la traversée en Méditerranée

Durée : de septembre 2021 à février 2023

Le projet Cargo, porté par les artistes Anne de Giafferri et Christian Delécluse, en partenariat avec des chercheurs des laboratoires Iremam (UMR 7310) et Mesopolhis (UMR 7064) et des étudiants d’Aix-Marseille Université, s’inscrit dans une approche résolument interdisciplinaire et expérimentale qui cherche à montrer à partir de récits de la traversée en Méditerranée l’immigration en train de se faire, au prisme des mots, des récits et des ambiances sonores.
Pour ce faire, il questionne la relation entre les démarches artistiques et universitaires à partir d’une analyse croisée des matériaux recueillis autour des temporalités de la traversée et de la réalisation d’une œuvre sonore. De ce dispositif innovant émergera une installation commune co-construite, partagée, questionnée, diffusée entre artistes, universitaires et citoyens. Elle prendra la forme d’un conteneur maritime itinérant détourné de sa fonction logistique dans la globalisation économique pour être amarré au cœur de plusieurs grandes villes de la Méditerranée et offrir un espace de découverte et d’imprégnation de créations artistiques, visuelles et sonores.
Ce projet qui aborde sous un angle renouvelé la question des mobilités, des identités et des appartenances en Méditerranée pose ainsi un regard sensible sur la traversée, sur la navigation, sur la migration, et plus généralement sur les échanges entre les peuples qui ont nourri les civilisations méditerranéennes, entre passé et présent.
(voir sur le site d’AMU : https://www.univ-amu.fr/fr/public/cargo)

Responsables

  • Constance De Gourcy (MESOPOLHIS)
  • Saïd Belguidoum (IREMAM)

Partenariat Hubert Curien Pessoa : Transformations urbaines et mixité sociale. Lisbonne et Marseille

Equipe du MESOPOLHIS : Sylvie MazzellaSylvia GirelHélène Jeanmougin, Ben Kerste
Equipe du CIS Nova : Luís Baptista, Nunes João Pedro, Pereira Patrícia, Vieira Inês, Corte Real Madalena

Transformations urbaines, gentrification et mixité sociale en Méditerranée : le cas des centres-villes de Lisbonne et de Marseille

PHC PESSOA 2017 - PROJET N° 37961QL, entre le LAMES (AMU, CNRS) (coordinatrice Sylvie Mazzella) et le laboratoire CICS.NOVA (Centre Interdiciplinaire de Sciences Sociales de L’Universidade Nova de Lisboa) (coordonnateur Luis Baptista)

- Titre du projet : Transformations urbaines, gentrification et mixité sociale en Méditerranée : le cas des centres-villes de Lisbonne et de Marseille
- Le projet prévoit :
=> des réunions de travail au Lames et au CICS. NOVA afin d’organiser la publication d’un livre qui portera sur les traductions des travaux d’un chercheur classique en sociologie urbaine en France, Jean-Claude Chamboredon, de façon à contribuer au patrimoine théorique et à l’héritage de la Sociologie Urbaine et des Études Urbaines. Ce qui donnera ainsi la possibilité aux étudiants et chercheurs portugais de mieux connaître ce travail sociologique sur les questions territoriales et spatiales qui fait référence en France dans le domaine de la sociologie urbaine.
=> Organisation d’un séjour de visite de terrain à Marseille (25- 29 juin 2017) pour les chercheurs, doctorants et post doc du CICS.NOVA en lien avec les sociologues spécialistes de l’urbain du Lames. Une visite de terrain sera également organisée à Lisbonne (21-28 octobre 2017) pour les chercheurs, doctorants et post doc du LAMES en lien avec les sociologues spécialistes de l’urbain du CIS.NOVA.
=> Organisation de deux workshop (28 et 29 juin à Marseille et 19 et 20 octobre à Lisbonne) afin de poursuivre une perspective comparative et critique des recherches sur la transformation urbaine et la vie quotidienne des centres historiques de Lisbonne et de Marseille, sur la base de recherches empiriques en cours menées par plusieurs membres des deux équipes. Un séminaire d’invitation de chercheurs est associé à la dynamique de recherche aussi bien au Portugal qu’en France.

- Title : Urban Transformations, gentrification and social mix : the cases of Lisbon and Marseille // Transformações urbanas, gentrificação e mistura social : os casos dos centros históricos de Lisboa e Marselha
- Abstract : Building on the notion of spatial proximity and social distance by French sociologists Chamboredon and Lemaire (1970), we aim at bringing together the two research teams in the completion of the following objectives : 1) translating into Portuguese the main articles about territorial and spatial issues by J.C. Chamboredon and 2) promoting a comparative and critical research perspective about gentrification in the historical city centres of Lisbon and Marseille. Our shared critical perspective of gentrification and social mix results in a special focus on urban dwellers as active agents of change and on the dynamics of urban coexistence.
The teams will meet four times, organising a series of work sessions and fieldwork visits and one final public seminar to present the results of the comparative work. This cooperation aims at enlarging and sharing both scientific knowledge and scientific networks for both teams, while contributing to the training of students and young researchers.

- Resumo : Partindo da noção de proximidade espacial e distância social de Chamboredon e Lemaire (1970), este projecto visa aliar as duas equipas de investigação na realização dos seguintes objectivos : 1) tradução para português dos principais artigos sobre questões territoriais e espaciais por J.C. Chamboredon a publicar num livro e 2) promoção de uma agenda de pesquisa comparativa e crítica sobre gentrificação nos centros históricos das cidades de Lisboa e Marselha. A nossa perspectiva crítica partilhada acerca da gentrificação e da mistura social resulta num foco especial sobre os urbanitas como agentes ativos de transformação urbana e sobre as dinâmicas da coexistência urbana.
As equipas reunir-se-ão 4 vezes, organizando sessões de trabalho, visitas de campo e um seminário público para apresentar os resultados do trabalho comparativo. Esta cooperação visa ampliar e partilhar o conhecimento científico e as redes científicas de ambas as equipas, além de contribuir para a formação de estudantes e jovens investigadores.

Responsables

  • Sylvie Mazzella (MESOPOLHIS)
  • Luis Baptista (CICS.NOVA)

Passiv’ITER

Programme Interdisciplinarité Amidex, 2014-2016

Contexte
Dans les réacteurs de fusion nucléaire de l’hydrogène, utilisant une technologie bien distincte de la fission nucléaire de l’uranium, le plasma utilisé peut engendrer des poussières micrométriques voire nanométriques par abrasion des parois de la structure dans laquelle il circule à très haute température. Dans les machines du futur comme ITER, ces poussières pourraient être radioactives compte tenu de l’utilisation de tritium dans la réaction. La question se pose de la toxicité éventuelle de ces poussières pour l’homme et pour l’environnement, à l’occasion d’opérations ordinaires de maintenance ou d’accidents les laissant s’échapper de l’enceinte de confinement.

Objectifs
Le programme intéresse les sciences et techniques pour accompagner la conception d’installations comme ITER et celles qui exploiteront le même procédé et pour anticiper des difficultés à l’horizon des premières expériences. Il s’agit de mieux connaître les conditions de libération du tritium susceptible d’être piégé dans ces poussières : avec dissolution en milieu biologique, localisation dans les cellules humaines ? avec des conséquences en termes de toxicité cellulaire, de génotoxicité ? avec des possibilités de « passiver » ces particules afin d’atténuer leurs effets ?
Il intéresse aussi les sciences sociales pour comprendre comment s’anticipe un possible problème de santé au travail et de santé publique, et comment s’organise sa prévention
Et déjà comment s’organise la recherche sur une question qui ne se pose pas au présent, pour laquelle on n’a que des hypothèses sur la forme desdites « poussières », qui se reformule au fil des étapes de l’investigation prévoyant de produire des particules ressemblantes, de caractériser ces particules, de les tritier à un format manipulable, d’étudier l’absorption de particules non tritiées en milieu biologique et leur localisation cellulaire, idem avec des particules tritiées, d’étudier leur toxicité et leur génotoxicité sur des cellules poumon humain in vitro, à nouveau avec des particules non tritiées et tritiées, de proposer des techniques de passivation…

L’implication des sciences sociales dans un tel programme interdisciplinaire mobilise la sociologie du travail et des risques au travail, autant que la sociologie des sciences et des politiques publiques de recherche.

Déroulement
Le projet se déroule sur 24 mois à partir d’octobre 2014 et associe des équipes de recherche d’Aix-Marseille université, de l’université Paris-Villetaneuse, du CEA et de l’IRSN, en matériaux, géochimie, physique des plasmas, lasers, biologie, toxicologie, génotoxicologie, santé et sociologie, avec le recrutement de plusieurs postdoctorants.

Responsables

  • Pierre Fournier (Mesopolhis)
  • Christian Grisolia

ANR MRSEI : METIS - Migration evolutionary temporality and investigate scenario

Suite du projet MARE - Migration, Asylum and Refugees in the EuroMediterranean area (2017), dans le cadre des appels H2020 sur les migrations.

Abstract
International migration has become a major concern for European policy makers, public opinion and researchers. Since 2011, political upheavals on the southern shores of the Mediterranean have brought about a crisis with new and lasting socio-economic effects in the Euro-Mediterranean and African region. Above all, the crisis has revealed how international migration is at the heart of major societal change, both today and into the future. The “Migration Evolutionary Temporality and Investigative Scenario” (METIS) project will produce reliable conceptual, empirical and quantitative knowledge to understand, identify and take account of uncertainties in migration. METIS will build a new framework and create new tools to analyse changing migration routes from the Euro-Mediterranean-African area and Asia. This work will contribute to better migration governance in the short and long term. METIS will bring together a multidisciplinary team of 11 institutions in Austria, Croatia, Denmark, France, Italy, Niger, the United Kingdom and Turkey. Demographers, sociologists, economists, geographers, historians and anthropologists will shed light on key motivations and drivers for migration to explain changes in departures, returns, re-emigration and stagnation in transit. METIS will deliver well-grounded investigative projections and scenarios on Europe’s migratory challenges in 2060, as well as projections on climate change in Africa and its relationship to migration. The project will produce databases and analyse big data on migration flows and targeted themes : gender and migration, migration of children, forced migration, return migration. Finally, METIS will develop an innovative digital platform making previously disparate sources of data on migration interoperable, and including new data produced in close collaboration with national statistics institutes in Europe and the Mediterranean area.