« Fabrique des connaissances » - Région Sud 

AAP Altermobilité et démobilité dans la région sud : quelles alternatives pour une mobilité décarbonée ?

Durée : Mars 2022 - Mars 2023

Financemement : 30 000€

Porteur : Mesopolhis

Equipe projet

Rodolphe Dodier, géographe, référent scientifique et administratif, PR AMU, UMR MESOPOLHIS, rodolphe.dodier@univ-amu.fr

Laurent Cailly (TELEMME), géographe, référent scientifique, MCF-HDR, UMR CITERES

Matthias Bourrissoux, sociologue, chercheur associé, UMR MESOPOLHIS

Joseph Cacciari, sociologue, chercheur associé, UMR IDHES

Marie Huyghe, géographe, chercheure associée, UMR CITERES

Matthieu Leborgne, sociologue, chercheur associé, UMR MESOPOLHIS

Nicolas Oppenchaim, sociologue, MCF, UMR CITERES

Par le laboratoire MESOPOLHIS (UMR 7064 - Aix-Marseille université/CNRS/Sciences Po Aix) - Partenaire scientifique : laboratoire CITERES (UMR 7324 - Université de Tours/CNRS)
En réponse à un appel proposé par la direction « Prospective » de la Région Sud dans le cadre de l’AAP « Fabrique de la Connaissance », une équipe pluridisciplinaire adossée à l’UMR Mésopolhis (Université d’Aix-Marseille) et à l’UMR Citeres (Université de Tours) s’est constituée et se donne pour projet d’accompagner la Région dans sa démarche, en proposant :

Un état des connaissances théoriques et empiriques sur les changements de comportement de mobilité des habitants, appréhendés à l’échelle individuelle, dans le contexte français et plus spécifiquement de la Région Sud, en se focalisant à la fois sur la démobilité et sur l’altermobilité.
Une confrontation de cet état de la recherche avec une approche de terrain visant à identifier les enjeux des changements comportementaux sur différents types d’espaces représentatifs des territoires de la Région Sud. Il s’agit d’identifier les freins ou les leviers spécifiques selon les différentes caractéristiques territoriales.
Un accompagnement des acteurs régionaux et locaux dans une démarche d’appropriation d’outils conceptuels, méthodologiques et empiriques, leur permettant d’identifier et/ou de reformuler les enjeux de mobilité sur leur territoire.

Objectifs du projet

  • Faire un état des connaissances théoriques et empiriques sur les changements de comportement de mobilité des habitants et plus spécifiquement sur la question de la démobilité,  notamment en lien avec les évolutions contextuelles rapides marquées par « l’emboîtement des crises » : énergétique, sociale, sanitaire, climatique, etc. Un premier travail sera effectué sur les éléments de définition (pratiques alternatives, démobilité, choisies ou subies, etc.). Une deuxième perspective visera à synthétiser, sur chacun des deux thèmes, les modèles mis en œuvre par les chercheurs pour décrire et analyser les changements de comportement. Dans les deux cas, l’attention sera également portée sur les approches critiques (efficience, conséquences non attendues, changements sociaux induits, etc.). Une troisième orientation consistera à synthétiser les résultats des enquêtes menées récemment en France et en région, et de proposer une synthèse des pistes à explorer pour mener de telles enquêtes dans la Région Sud. Enfin, un dernier volet proposera d’identifier, à travers quelques retours d’expériences menées dans des territoires pilotes hors région, les outils et les pratiques de diagnostic et d’accompagnement mis en œuvre pour penser le changement et/ou la réduction des pratiques de déplacement.
  • Confronter cet état de la recherche avec une approche de terrain visant à identifier les différentes formes de changements (ou leur absence) des pratiques de mobilité sur différents types d’espaces représentatifs des territoires de la Région Sud. Une synthèse des enjeux spécifiques, des freins, des éventuelles initiatives locales, sera proposée en se basant sur la structuration du territoire régional en trois principaux types d’espaces : le cœur métropolisé (Avignon-Aix-Marseille-Toulon-Nice), les marges rurales et alpines plus isolées (Mercantour, Haute-Durance, Baronnies, etc.), et l’entre-deux régional, composé de territoires périurbains ou péri-métropolitains (Nord du Var, Basse Durance, etc.) et de villes moyennes (Gap, Digne, Manosque, etc.). Le but est également de renseigner un certain nombre d’énigmes territorialisées de la mobilité, de l’altermobilité ou de la démobilité. L’objectif final est d’arriver à une vision partagée, avec nos partenaires de la Région, des territoires à explorer de façon plus approfondie dans une éventuelle seconde phase du travail.
  • Accompagner des acteurs régionaux et locaux dans une démarche d’appropriation d’outils conceptuels, méthodologiques et empiriques, leur permettant d’identifier et/ou de reformuler les enjeux de mobilité sur leur territoire, à partir d’une meilleure connaissance des leviers et des freins aux changements de comportements, adaptée aux contextes territoriaux qui sont les leurs. L’objectif est de donner aux participants aux ateliers les connaissances et outils pour faire évoluer leur manière de travailler sur la mobilité.