Claire MIOT – La première armée française
De la Provence à l’Allemagne 1944-1945. Ed Perrin

L’étude de référence sur l’armée qui a libéré le sud de la France.

Le 15 août 1944, la première armée française débarque en Provence. Comptant dans ses rangs quelque 300 000 soldats, elle libère, à l’été, les grandes villes du sud de la France. Elle sera envoyée ensuite en Allemagne, dans les Alpes et dans l’Italie du Nord. Cette première armée française est dirigée par le général de Lattre de Tassigny, l’homme qui représenta la France à la capitulation sans conditions de l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945.

La première armée française se voit confier un triple rôle : diplomatique, politique et militaire. Instrument de reconquête de la grandeur nationale quatre ans après la défaite, il lui incombe non seulement de faire la preuve, sur le champ de bataille, de la capacité du pays à se libérer lui-même, mais aussi de le hisser au rang des puissances victorieuses. Elle doit aussi, en intégrant des milliers de combattants venus de la résistance intérieure, agir comme le symbole de l’unité retrouvée de la Nation. Enfin, héritière de l’armée de la défaite et de l’armée de Vichy discréditées, elle doit faire face aux aspirations de rénovation que réclame la société française de la Libération.

Mobilisant un vaste corpus de sources rassemblées en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, pour certaines inédites, Claire Miot interroge ce temps charnière de rétablissement de la légalité républicaine et d’enracinement du pouvoir gaullien, ainsi que ce passage heurté du temps de l’Occupation à celui de la Libération, transition discontinue du temps de la guerre à celui de la paix.

Lire aussi

Celles-qui-peuvent-encore-marcher-et-sourire

Celles qui peuvent encore marcher et sourire

LPE_010

Quelles places pour les victimes dans les procès climatiques ? Témoignages et formalisations expertes

Les savoirs de l'extrême

Enquêter en milieu familial déprivé à l’extrême. Enjeux épistémologiques et éthiques de la recherche en territoire mahorais