Walter BRUYERE-OSTELLS, « Le COS: histoire des forces spéciales françaises », Monographie, Ed. Perrin, 2022.

Capture d’écran 2022-10-13 à 16.59.43

RÉSUMÉ

La véritable histoire des forces spéciales françaises.

Le Commandement des opérations spéciales (COS) est créé par un arrêté du ministre de la Défense Pierre Joxe, le 24 juin 1992. Basé à Paris, cet état-major interarmées est chargé de concevoir, planifier et conduire les opérations militaires des forces spéciales françaises. Ces missions, situées en dehors des cadres d’actions militaires classiques, visent à atteindre des objectifs d’intérêt stratégique, notamment en termes d’ouverture de théâtre d’intervention, dans la profondeur, sur des objectifs à haute valeur ou en matière de lutte contre le terrorisme.
Walter Bruyère-Ostells en décrit la genèse et montre comment le COS s’organise et mène ses premières missions, gagnant notamment ses galons en 2003 en Afghanistan. Considérées dès lors comme appartenant au cercle des meilleures forces spéciales du monde, ses unités travaillent de plus en plus avec leurs homologues anglo-saxonnes. Dans la décennie 2010, avec la montée de la lutte contre le terrorisme, les forces spéciales connaissent encore de nouvelles évolutions de leurs missions.
Le présent ouvrage décrit le COS non seulement comme un laboratoire de nouveaux matériels ou de modalités d’action innovantes pour les armées, mais aussi comme un observatoire idéal pour appréhender les transformations de la guerre depuis trente ans. En effet, par leur place au cœur des théâtres de crises ou de conflits et par leur souplesse d’emploi, les forces spéciales sont les premières à s’adapter aux nouvelles conflictualités. Il s’attache également à observer le COS dans la chaîne politico-militaire qui déclenche puis conduit les opérations. Placé sous l’autorité directe du chef d’état-major des armées (CEMA) permettant une boucle décisionnelle courte et un contrôle politico-militaire étroit, le COS entretient en effet des relations parfois faites de tensions avec les états-majors des forces conventionnelles.
Contrairement aux nombreuses études déjà consacrées à ces  » soldats de l’ombre  » dans leur ensemble ou à l’une des prestigieuses unités de l’armée de terre, de la marine ou de l’armée de l’air qui les composent (1er RPIMa, 13e RDP, commandos marine et CPA 10 notamment), celui-ci s’appuie sur des sources largement inédites, car déclassifiées pour la première fois et complétées par les témoignages oraux de plusieurs des commandants du COS et CEMA ainsi que d’opérateurs des forces spéciales, recueillis par l’auteur. Partant, il relate les grands faits d’armes du COS depuis sa création (en Afghanistan, en Somalie, au Niger, en Libye, en Côte d’Ivoire, en Irak, au Mali…).
L’ouvrage de référence.


Date de parution : 27/10/2022

Editeur : Perrin

Format : 14cm x 21cm

Nombre de pages : 400

Lire aussi

Capture d’écran 2022-11-28 à 14.21.02

Contributions de Philippe Aldrin, Christophe Traïni et Magali Nonjon in DicoPart – le dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, la démocratie et la citoyenneté, 2022.

Odasso Laura & Fornalé Elisa, The ‘inconfinables’ or the creation of ‘superfluous lives’ in times of crisis . Migration Letters, 19(6), 2022.

1119168554

Christophe TRAÏNI et Fabien CARRIE, « Animal Rights Movement », in Social Movements. The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements, 2nd Edition, Oxford,2022.